Camille Rosa

Boustrophédon, en collaboration avec Léandre Bernard-Brunel, vidéo HD muette en boucle, 2013
Boustrophédon, en collaboration avec Léandre Bernard-Brunel, vidéo HD muette en boucle, 2013
Un diable rouge quasi luminescent sort de sa boîte, à revers et à rebours, dans un va-et-vient entêtant, tantôt obscène, tantôt burlesque.

Fantôme rougissant de Méliès, théâtre de marionnette rendu à sa plus simple fonction d’effroi et de distraction, écho lointain aux lanternes magiques crypto érotiques.

Il y est question d’une écriture, non plus de gauche à droite et de droite à gauche mais de haut en bas et réciproquement. Le sillon du film numérique enfermé dans une boucle perpétuelle et lubrique.

Une histoire fantasmagorique en devenir, se rétractant sans cesse sur elle-même.

Une tête mi humaine, mi monstrueuse se distingue et semble sortir des profondeurs du cadre emplie de noir et bordé de jaune. Dans la lignée des bacchanales et des autres festivités moyenâgeuses, cette vidéo s’apparente à une peinture animée dans laquelle l’on verrait le diable traversant les états émotionnels de l’âme humaine. Cette vidéo muette et en Trichromie (rouge, noir et jaune) dit à la fois le tragique, le burlesque d’une figure réversible.